À la découverte des meilleures distilleries des Îles de Guadeloupe

Il n’est pas imaginable de venir séjourner en Guadeloupe sans visiter une distillerie. Partez à la découverte d’un savoir-faire fascinant, bien ancré sur 3 îles de l’archipel. Vous allez apprécier la saveur, l’expertise et l’authenticité d’un patrimoine mondialement connu, celui du Rhum.

« Distillerie Damoiseau » – Grande-Terre

La Distillerie Damoiseau, située en Grande-Terre, au Moule, produit l’un des meilleurs rhums blancs agricoles au monde. En effet, ses rhums sont vendus dans près de 40 pays . Mais derrière cette entreprise se cache une tradition familiale.

Distillerie Damoiseau

Venez visiter ce joyau patrimonial dont le rhum est issu du pur jus de canne à sucre. Il est ensuite distillé et stocké dans des foudres de bois. Vous trouverez également un moulin à vent du XVIIIeme siècle ainsi que la Cabane à Rhum. C’est ici, après une visite riche en anecdotes captivantes, qu’une dégustation vous sera offerte. Attention à déguster avec modération.

Rhum - Distillerie Damoiseau

« Distillerie Bologne » – Basse-Terre

C’est au pied du volcan de la Soufrière que la distillerie Bologne est implantée sur une ancienne sucrerie du 17ème siècle.  Partez à la découverte d’une tradition ancestrale. La majeure partie de la production annuelle est effectuée manuellement et sans brûlage dans le but de conserver toute la pureté du goût. Cette technique plus écologique met en avant un rhum au goût plus prononcé et plus qualitatif.

Distillerie Bologne - Guadeloupe

Au cours de votre visite, vous pourrez découvrir la maison principale, le bâtiment de mise en bouteille et une roue hydraulique. Et comme toute bonne distillerie, la visite se terminera par une traditionnelle dégustation.

Rhum Distillerie Bologne

« Distillerie Montebello » – Basse-Terre

Bienvenue à Petit-Bourg et à la Distillerie Montebello. C’est ici que se produit l’un des rhums les plus emblématiques des îles de Guadeloupe. En effet, il a reçu plusieurs médailles lors de concours agricoles.

Distillerie Montebello

Venez découvrir une distillerie où l’artisanat et le travail manuel sont favorisés pour conserver toutes les saveurs de la canne à sucre. Ici, les 25 hectares de canne à sucre sont coupés à la main pour garantir une belle qualité de rhum.

Distillerie Montebello

« Distillerie Père-Labat » – Marie-Galante

Enfin, direction l’île aux cent moulins.  La culture du rhum est très importante sur l’île de Marie-Galante, considérée comme la Guadeloupe « d’antan ». Je vous propose de découvrir la distillerie Père Labat, aussi appelée distillerie Poisson, en référence au nom de la sucrerie qui fût un temps à sa place.

Distillerie Père-Labat - Guadeloupe

Avec 300 000 litres de rhums fabriqués annuellement, c’est l’une des plus petites distilleries au monde, mais aussi l’une des plus réputées. Vous serez accueilli dans un parc verdoyant où la visite se fera en toute autonomie pour découvrir l’authenticité et l’âme du domaine.  Là-bas, pour obtenir un rhum authentique de qualité, la fabrication fût améliorée en 1860 pour s’approcher du procédé de distillation du cognac. Un rhum agricole à 59° qui est décliné également en différent punch, dont le punch aphrodisiaque qui saura vous enchanter !

Distillerie Père - Labat

Bien-être : Huile de Massage rhum citron !

Et pourquoi ne pas vous laisser tenter par des produits 100% Guadeloupe en 2 mots : rhum et citron, un voyage olfactif.

Nous avons découvert pour vous une huile de massage BIO, aux ingrédients et aux vertus surprenantes. La gamme de soins « bien-être éthic » est fabriquée par nos artisans, 100% naturels sans paraben.

BIEN-ETRE ETHIC

Bien-être éthic est une marque de cosmétiques made in France artisanale et naturelle. Ses produits sont à base de plantes, fleurs et fruits parfois méconnues, mais aux vertus reconnues en cosmétologie. On y retrouve : l’Aloe-Vera, le roucou, les Cerises pays, l’huile d’avocat et biens d’autres noms que vous ne connaissiez peut-être pas. Néanmoins, tous ont voyagé au fur et à mesure du temps pour être utilisés grâce/pour à leurs bienfaits.

L’huile de massage rhum citron est une huile de massage corporelle, idéale pour une séance de relaxation totale du corps. Reconnaissable à son odeur fraiche et acidulée, l’huile essentielle de citron est réputée pour ses propriétés purifiantes et antibactériennes.

Pour le Rhum, on s’attend plus à le boire qu’à l’avoir pour massage mais mélangé au citron il donne une huile savoureuse et exotique.

Ses caractéristiques :

L’huile de massage rhum citron hydrate votre peau et pénètre rapidement. Elle redonne souplesse et douceur à votre peau tout au long du massage. Son arôme est à lui tout seul un premier voyage.

Découvrez ses bienfaits :

L’huile de massage rhum citron permettra à votre corps de se détendre après une journée intense. Un massage avec cet élixir 100% naturel accompagné de sa senteur exotique éveillera tous vos sens.

Quelques ingrédients de sa composition vous sont dévoilés :

Prunus amygdalus dulcis oil ou huile d’amande douce

Cocos nucifera oil ou huile de coco

Coumarin, on la trouve en grande quantité dans la fève tonka, dont elle a été extraite la première fois en 1820.

À vous de découvrir le reste de ses ingrédients, d’un véritable voyage olfactif à savourer tout en douceur.

Provenance : 100% Guadeloupe

Petite-Terre en Catamaran

 

Petite-Terre catamaran - Guadeloupe

Snorkeling dans un aquarium naturel

Raisonnablement, on peut qualifier l’archipel Petite-Terre de paradis sauvage. protégée depuis 1998 par l’ONF, seule Terre-de-Bas est accessible en navettes limitées. Terre-de-Haut est, quant à elle, réservée aux scientifiques. Sur place, c’est une véritable carte postale : des cocotiers, quelques iguanes sur la plage, une eau transparente et du sable fin. Cette journée complète permet de visiter le plus vieux phare des Îles de Guadeloupe, de déjeuner à l’ombre des palmiers, mais surtout de profiter des merveilles à voir sous l’eau : poissons colorés, tortues, requins citrons et raies…

 

Notre recette du populaire Cocktail Zombie !

Un bon cocktail rafraîchissant, rien de tel pour s’évader dans les îles de Guadeloupe, gustativement parlant… !

 

Cocktail Zombie - Bwa Chik Hôtel & Golf

Notre barman du Bwa Chik Hotel & Golf, Le Birdy, vous dévoile sa recette du célèbre cocktail Zombie.

C’est un incontournable cocktail à base de rhum blanc et de rhum ambré !

Pour la petite histoire : ce cocktail vit le jour dans les années 30 dans la chaîne de restaurants Donn the beachComber, à Hollywood…Le barman aurait alors créé ce cocktail pour l’un de ses clients fidèles le lendemain d’une soirée plus qu’arrosée ! Alors pour le remettre sur le droit chemin, rien de mieux qu’un mélange à base de rhums et de fruits. Le client en prit 3 d’affilée, puis disparut pendant une semaine. Lorsqu’il réapparut en bar, il prévint le barman que le cocktail l’avait fait devenir un « zombie »…ce qui donna son nom à ce cocktail (dont les doses ont été revues depuis !)

Alors n’attendez plus, prenez votre shaker !

Ingrédients : 
  • 3 cl de rhum ambré guadeloupéen
  • 3 cl de rhum blanc
  • 2 cl de jus de citron vert
  • 3 cl de jus d’ananas
  • 3 cl de jus de pamplemousse
  • 1 trait de grenadine
  • 1 trait de sirop de sucre de canne

Pour les jus, il est toujours meilleur de privilégier des fruits frais et des jus maison.

La préparation en quelques secondes :

Remplissez la moitié d’un shaker de glaçons.

Versez tous les ingrédients dans un shaker.

Shakez le tout.

Filtrez la glace dans un verre tumbler et décorez d’une belle tranche d’ananas.

Une explosion de saveurs ravira vos papilles et le Zombie sera essentiellement une invitation au voyage. Alors attention à ne pas finir comme le premier testeur de ce cocktail, ne le consommez qu’avec modération !

Petit point ligne !

Les calories d’un Zombie ? Il faut compter environ 371 calories pour un cocktail Zombie. C’est beaucoup et, si vous faites attention à votre ligne privilégiez des cocktails moins fruités !

Le voyage sera différent !

Les Îles de Guadeloupe vues du ciel

Voler en autogire au-dessus de l’archipel est une aventure pour le moins exceptionnelle. Une expérience unique pour admirer la splendeur de ses côtes, ses eaux turquoise et la beauté de ses paysages.

Autogire - Guadeloupe

L’AUTO QUOI ?

L’autogire appartient à la famille des ULM. On le reconnaît grâce à son hélice, son moteur à l’arrière et ses deux places l’une derrière l’autre. Son poids plume est d’environ 280 kilos. Avant chaque vol, un instructeur vérifie les points techniques pour assurer la sécurité puis explique le circuit à venir. Ce jour-là,
nous survolerons les côtes à une altitude de mille pieds et la vitesse sera d’environ 130 km/h.

L’ENVOL & LE VOL

Le siège de l’accompagnateur se situe juste derrière celui du pilote. Équipé d’un casque avec un micro, il est possible d’échanger avec lui durant tout le vol. Niveau sécurité, une ceinture assure le maintient de la position du corps. Au décollage, le rotor accélère, l’autogire roule sur la piste pour ensuite décoller tout doucement. Plus on monte, plus la sensation de liberté s’intensifie car l’autogire n’a pas de fuselage seulement des vitres transparentes en plexiglass face aux visages pour couper le vent. Sur les côtés, le vide.

 

Autogire - Guadeloupe

 

LES PAYSAGES

Pour ne pas brusquer l’appareil , le pilote tourne large. Nous passons au-dessus de champs de cannes à sucre et des petites maisons colorées. Sur notre gauche, nous distinguons les côtes et eaux transparentes ponctuées de coraux. Puis, au loin, nous visualisons La Désirade. Moment magique. Le bout de la Grande-Terre n’est pas loin. Elle apparaît après une succession de plages bordées de cocotiers. Voilà la croix de la Pointe des Châteaux à midi. Nous la contournons puis nous longeons la côte de l’autre côté. Jeu de piste du ciel, nous reconnaissons le lagon, la marina, le golf et le marché de Saint-François.

L’ATTERRISSAGE

Le retour est aussi doux que le décollage. Le pilote positionne l’autogire en face d’une piste d’atterrissage comme un avion mais, une fois au-dessus, nous nous posons à la verticale à vitesse zéro (zéro énergie cinétique) comme un
hélicoptère. Une belle aventure.

 

Guadeloupe vue du ciel

 

CIRCUIT À LA CARTE EN AUTOGIRE OU HÉLICOPTÈRE

1) Vol Saint-François – Pointe des Châteaux, 20 minutes, 70 €*
2) Vol Saint-François – Pointe des Châteaux – Petite Terre, 30 minutes, 120 €*
3) Vol Saint-François – Pointe des Châteaux – Petite Terre – La Désirade, 45 minutes, 150 €*
4) Vol Grande-Terre – Grand Cul de Sac Marin, Pointe-à-Pitre, h, 260 €*
5) Vol Saint-François – Marie-Galante – Les Saintes, 340 €*
6) Aérodrome de Saint-François // Tél. : +590 (0)6 90 64 28 48 // info@ulmcaraibes.com //www.ulmcaraibes.com

LES ÎLES DU CIEL

Dotés de deux hydravions Zenair 701, cette école de pilotage propose également des circuits touristiques sur
tout l’archipel.
Plage de l’hôtel Canella Beach Le Gosier, 97190, Guadeloupe // +590 (0)6 90 58 23 10 // www.ulm-guadeloupe.com
*tarifs à partir de

SURF – Les conseils de Jimmy Normand

Très belle destination pour surfer, les Îles de Guadeloupe sont bordées par la mer des Caraïbes à l’ouest et par l’Océan Atlantique à l’est. Résultat : de jolies vagues pour tous les niveaux. Jimmy Normand a grandi en banlieue parisienne, il emménage en Guadeloupe à 12 ans et n’est jamais reparti tant il a été séduit par les îles. Il nous donne aujourd’hui de précieux conseils.

Surf - Le Bwa Chik Hôtel & Golf
by Aurélien Brusini
LES PLAGES :
DÉBUTANT

« Le spot du Helleux à Sainte-Anne est facile
d’accès, les vagues sont accessibles sans beaucoup
ramer et en pente douce. J’emmène
aussi mes clients débutants à Port-Louis, la
plage du Souffleur, les vagues y sont toujours
lisses et longues, les conditions agréables…
sans parler de l’eau bleu turquoise. »

MOYEN

« Je conseille aussi la plage du Helleux.
Lorsque les vagues sont plus grosses, ce spot
ravit les moyens et parfois les experts. Tout
dépend des conditions. J’aime bien la plage
de Petit-Havre à Gosier ou celle d’Anse à La
Gourde, Pointe des Châteaux à Saint-François,
on y trouve des gauches et des droites. »

CONFIRMÉ

« Sans hésiter je dirais Le Moule, le spot de
Damencourt, de loin le plus prisé du côté Atlantique.
Et le spot d’Anse-Bertrand, plage de
la Chapelle, les vagues y sont souvent plus
creuses, plus rapides, avec moins d’eau sur les
rochers et accueillent plus de houle avec un
accès un peu plus difficile. »

Surf - Guadeloupe
by Aurélien Brusini
LES PLANCHES :
FISH

Planche courte et large avec l’arrière en queue
de poisson, c’est la partenaire idéale pour surfer
les petites vagues. Généralement surfée en
Twin Fin : deux dérives latérales, elle permet
une glisse facile et se surfe dans tous types de
conditions. À la fois maniable et volumineuse,
elle combine les atouts d’une grande planche :
départ facile sur la vague et flottabilité sur les
parties molles et sans vitesse, et une grande
maniabilité pour l’exécution des manoeuvres.

SHORTBOARD

La plus connue, celle que Kelly Slater, Mick Fanning
et tous les pros utilisent en compétition.
Elle est courte, étroite et permet de réaliser les
manoeuvres les plus radicales. Le plus souvent
surfée en Thruser (3 dérives) voire en Quattro
(4 dérives), cette board est réservée aux surfeurs
avec un minimum de technique. À exclure
pour les débutants.

EVOLUTIVE

Planche plus tolérante que la shortboard
qui permet certaines manoeuvres. Plus malléable
à la rame, il s’agit d’une board adaptée
aux surfeurs de niveau intermédiaire. C’est
un bon mélange entre la radicalité d’une
shortboard et le confort d’une mini-malibu.

GUN

Uniquement le « surf de gros ». Ce type de
planches est réservé aux surfeurs experts,
qui veulent défier les vagues XXL.

MINI-MALIBU

Le paradis des débutants. Ici, on met l’accent
sur la stabilité. Sans doute la planche la plus
facile à surfer. Elle a bien sûr ses limites côté
manoeuvres, mais si vous êtes un surfeur occasionnel
et voulez simplement profiter des
vagues molles de l’été, elle est parfaite.

LONGBOARD

Grande planche, souvent esthétique, elle rappelle
l’histoire du surf car c’était la première
à avoir été construite dans les années 60. Appelée
aussi Malibu, elle permet de glisser en
douceur. Le hic ? Ces planches sont lourdes,
difficiles à manoeuvrer et compliquées à la
rame. En revanche, elles vous permettent de
prendre les vagues avant tout le monde, faire
des petits pas sur le nose et profiter de longs
moments sur la même vague.

by Aurélien Brusini

La maniocrie de Germaine

Le terme « kassav » vous rappelle un groupe de zouk…  mais c’est avant tout un plat guadeloupéen à base de manioc.  Germaine en prépare tous les jours et nous en dit plus…

Manioc - Guadeloupe

« La kassav est une galette de farine de manioc. Dans mon atelier, j’accueille tous ceux qui veulent goûter mes recettes et découvrir comment je les prépare. Et c’est tout un process ! » (Rires.)

« On arrache la racine qu’on épluche et qu’on lave avant de la mettre à tremper dans un récipient. On la passe ensuite au moulin pour en extraire le jus. Quatre à cinq heures après, on récupère au fond du récipient la fécule, que l’on appelle « la moussache ». »

« La moussache est ensuite pressée pour en extraire l’eau, puis passée au tamis avant de la faire sécher toute une nuit. »

« Pour cuisiner, une première couche de préparation est étalée sur une plaque, puis agrémentée de sucré ou de salé et recouverte à nouveau. Elle ne comporte ni eau, ni graisse, ni gluten. »

« Le vendredi soir, je propose une dégustation. Au menu : acras de manioc, galettes, une viande, un légume et le plateau de desserts avec des kassavs sucrées. Je propose aussi un petit atelier pédagogique pour 10 € par personne. On ne fait rien à l’avance, tout est frais. »

Faustine François

Les îles de Guadeloupe, terre de protection des tortues marines

5 espèces de tortues marines recensées dans les îles de Guadeloupe :

Cinq espèces de tortues marines sont recensées dans les eaux de l’archipel guadeloupéen, dont deux peuvent être observées toute l’année, près des côtes. Petite révision avant de prendre les palmes.

Tortues marines - Guadeloupe

Les tortues marines inspirent de l’air qu’elles viennent chercher à la surface. Elles n’ont besoin que de quelques petites respirations pour réaliser des apnées de près de 20 minutes, voire de plusieurs heures lorsqu’elles sont au repos. Elles peuvent atteindre la vitesse de nage de 35 km/h.

Les tortues sont ovipares. Les femelles creusent des nids sur la plage dans lesquels elles pondent 70 à 200 œufs avant de les recouvrir et de retourner à la mer. On appelle les bébés « les tortillons ». Seul 1 œuf sur 1 000 donnera une tortue adulte capable de se reproduire à son tour. Les femelles ne pondent que sur leur lieu de naissance.

Les tortues marines peuvent plonger profondément. Des plongées record à plus de 1 000 mètres de profondeur ont même été enregistrées pour la tortue luth. Il s’agit de l’une des plus grosses espèces de tortue marine.

La tortue luth peut mesurer jusqu’à 2 mètres et peser 450 kg. Cette espèce est la seule qui ne possède pas de carapace, mais une peau ayant l’apparence du cuir. Ses nageoires sont dépourvues de griffes et ont la forme de rames, ce qui en fait une excellente nageuse. Celle-ci sort uniquement de l’eau en période de ponte et préfère le calme de la nuit pour s’inviter sur le rivage. Mais, certains individus ont été aperçus au printemps en pleine journée à Trois-Rivières ou sur la plage de La Perle à Deshaies.

Zoom sur l’hôpital des tortues

À l’Aquarium de Guadeloupe, un hôpital soigne les tortues victimes de la pollution océanique. Dans le nouvel espace dédié aux enfants, un corner éducatif a été imaginé pour les sensibiliser au respect du monde marin et tout particulièrement des tortues. Plastiques, hameçons, encres… celles-ci sont victimes de toutes sortes de dangers et de pollution. Les ateliers ont pour objectif de faire prendre conscience de l’importance de nos actes quotidiens dans la préservation des espèces.

Faustine François

Les 6 étapes de fabrication du rhum

Fabrication du rhum - Guadeloupe

Le broyage  et l’extraction

La majeure partie des cannes sont coupées à la machine, puis hachées en petits morceaux et ensuite pressées quatre fois. Au fur et à mesure des pressions, on ajoute de l’eau pour récupérer tout le jus. Arrivée au dernier pressoir, au dernier moulin, la canne est tellement pressée que les déchets sont secs : on appelle ce résidu « la bagasse ». Celle-ci sert de combustible pour faire chauffer les colonnes de distillation.

La fermentation

Le jus arrive ensuite dans les cuves. On rajoute de la levure et du sulfate d’ammoniaque pour accélérer la fermentation. À l’intérieur des cuves, des serpentins permettent de refroidir et ainsi de maintenir ce jus à une température maximale de 32 à 33 degrés. Après une journée, le jus a atteint 5 à 6 degrés d’alcool.

La distillation

Le jus passe dans la colonne de distillation. Chaque partie de la colonne est chauffée à différentes températures. Lorsque l’on chauffe le jus, ses vapeurs d’alcool montent vers les condenseurs où se trouve de l’eau qui refroidit les vapeurs. Celles-ci se transforment en un liquide : le rhum. Le reste du jus est appelé « la vinasse ». Celle-ci passe dans des évaporateurs puis est chauffée. Comme elle ne contient pas d’alcool, l’évaporation donne de l’eau qui sera utilisée pour refroidir condenseurs et serpentins dans les cuves. Le reste de vinasse concentrée est mélangé avec les déchets de la canne pour faire du fumier.

Le stockage

En sortie de colonne, le rhum atteint 80 degrés. On va le laisser reposer deux à trois mois durant lesquels les alcools vont s’évaporer. On rajoute ensuite de l’eau distillée pour le ramener à 50-55 degrés.

Le vieillissement

Une partie, pour le rhum vieux, part en fût de chêne. Le tanin du bois va donner la couleur marron. Pour l’appeler « rhum ambré », il faut compter entre six mois et un an dans les fûts. Et pour l’appeler « rhum vieux », trois ans de vieillissement, au minimum, sont nécessaires. Plus il vieillit, plus il perd en degrés d’alcool et meilleur il est en bouche.

L’embouteillage

Sur une chaîne, les bouteilles sont rincées au rhum. Elles sont ensuite remplies, étiquetées, mises en carton, puis mises sur une palette qui est filmée, et enfin envoyées dans une quarantaine de pays.

Fabrication du rhum - Guadeloupe

Faustine François

Street art à Marie-Galante

À 35 km de la guadeloupe, cette île paradisiaque est le repère de nombreux artistes. Noe two y a marqué les lieux de son empreinte.

Street-Art - Marie-Galante

Son nom ne vous dit peut-être pas grand-chose, il est pourtant l’un des pères du graffiti, véritable courant artistique né dans les années 80. Aussi à l’aise sur un mur que sur une toile, ses thèmes de prédilection sont l’animal, la nature et l’humain. Partout dans le monde, ses peintures mettent de la couleur aux villes où il passe de nombreuses heures à réaliser ses fresques colorées et monumentales. À regarder quelques minutes ce vieux pêcheur, on applaudit la technique, la précision et la justesse de l’artiste désormais reconnu à travers l’Europe, aux États-Unis, au Brésil et en Asie.

Faustine François